Espece de Bohemienne

Espèce de bohémienne! comme me dis souvent mon grand père! Et il n'a pas tort. Pigeon Voyageur, passionnée d'images (de photo et de scrap) et de découvertes en tout genre, ... voila quelques aspects de ma personne que je vais indécemment exhiber ici!!

21 décembre 2009

Livre: Nous sommes au regret de ... de Dino Buzzati

nous_sommes_au_regret_de_Buzzati

Ma note: 4/5 

Le topo :

"J'écris avec un crayon. Un vieux bout de crayon, trouvé dans une vieille boîte, par hasard. Je l'ai taillé et sur le peu de papier blanc qui me reste ce soir, j'écris."

Avec un vieux bout de crayon ou autre chose, sur des feuilles de papier blanc ou non, pendant plus de vingt ans, Dino Buzzati tint une manière de journal. Singulier journal composé aussi bien de choses vues, que de saynètes ou de véritables récits courts, proches de la nouvelle, où constamment au-delà de l'événement, l'instantané même apparaît transfiguré.

Jamais Buzzati n'exprima dans une forme aussi concise et dure le combat quotidien qu'il mena contre ses chimères, la fuite du temps, l'absurdité de la condition humaine, la vanité et peut-être par-dessus tout la hantise de vieillir et la solitude. Une sorte de bréviaire de vie.

Ma rencontre avec le livre:

Bon, ai-je honte ou n'ai-je pas honte d'avoir ENCORE accepté de recevoir un livre contre critique?

Mais c'est que c'est Dino Buzzati dont j'ai (enfin) lu le (fameux) désert des tartares cet été (beaucoup aimé) et puis ce sont des nouvelles qui plus est, et j'aaaaiiime les nouvelles.

Mon avis:

J'ai beaucoup tardé à vous donner mon avis sur ce livre et pour cause: il est dans mon sac depuis plus d'un mois et il n'est toujours pas terminé.

Mais point de conclusion hâtive mes chers amis lecteurs. J'aime ce livre.

J'ai commencé à vouloir le lire vite et mal pour remplir mon obligation de poster rapidement une critique.

Et puis je me suis rendue compte que je gâchais tout l'intérêt du livre.

Parce que dire que ce sont des nouvelles c'est bien réducteur. Ce ne sont même pas des nouvelles (à déconseiller donc aux détracteurs du genre )

C'est une multitude, de notes, d'idées, de petites histoires, toujours très courtes, le tout formant un ensemble complètement décousu. Il n'y a rien de linéaire dans ce livre. Et aucun intérêt du coup à le lire d'une traite.

Par contre, depuis que je m'autorise à le lire parcimonieusement je me régale.

Tout ces textes, part minime des kilomètres de notes qu'a prises l'auteur tout au long de sa vie est un petit trésor qui ne loupe pas une occasion ou un coin de page pour nous dépeindre avec humour la mesquinerie, la jalousie, l'hypocrisie, la vanité, soif de pouvoir, orgueil de nos chers concitoyens, de nous même.

Pour autant c'est rarement sombre, souvent pétillant.

Buzzati fustige au travers de ces pages toutes les bassesses qui lui semblent être une fatalité pour l'humanité avec un style jouissif.

On se retrouve souvent dans les absurdités des anecdotes, on ose sourire de soi-même, de l'autre, de nous.

Je dessine des petits sourires pour mes notes préférées. Et je souris souvent. Je picore, savoure chaque page avec son lot de surprise et de pertinence. C'est bien écrit. C'est intelligent. J'avance sans hâte parce que je n'ai aucune envie d'arriver à la fin!

Joyeusement posté par la bohémienne Vanillabricot dans la catégorie - D-Livres - Vous en dites quoi? [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    parfois ...

    il faut savoir ruser avec un livre, le lire par touches, y revenir, commencer par la fin ... presque comme d'apprivoiser un cheval sauvage )

    Posté par Fersenette, 27 décembre 2009 à 14:26
  • Et moi j'aimerais bien un nouveau billet....
    Evidemment, je n'en ai aucun droit, mais je le dis quand même...

    Posté par ada, 14 février 2010 à 18:53
  • C'est vrai que ça commence à faire long !

    Posté par Nathalie, 16 février 2010 à 17:33

Poster un commentaire